Dans la culture visuelle populaire, le corps de la femme est soumis au regard masculin hétéronormé. On nous donne à voir un seul type de corps et de beauté orienté par des contextes spécifiques, comme par exemple, la publicité, la presse magazine et la pornographie. C’est au travers d’une norme culturelle que la représentation du corps féminin nous est présentée comme objet de désir.

 

Au travers ce projet, Barbara Salomé Felgenhauer propose une autre lecture du corps des femmes. Elle souhaite nous inviter à poser un regard neuf sur l’enveloppe de chair qui les constitue, qui les rend unique, qui les rend belle. 

 

Ce travail inédit est directement inspirée des Trois Grâces, tableau du peintre Pierre Paul Rubens aux alentours de 1635 et exposée au Musée du Prado à Madrid. Rubens y exprime la souplesse naturelle de la peau afin de nous donner l’illusion d’un être palpable. Réel.

Ce n’est pas tant les diverses mythologies derrière ces trois déesses qui interpellent la photographe mais bien leurs poses empruntées à la sculpture classique, le travail des corps et de la carnation.

 

Les Trois Grâces, par leur maintien, leur port de tête et leur plénitude, nous affirment qu’elles sont. La photographe et ses modèles s’emparent du droit d’exploiter leur image, de se la réapproprier tout en se détournant de la vision sexualisée de la femme véhiculée par les médias de masse. Elles vous proposent une relecture et interrogent la représentation du corps et de son intimité.

 

C’est une ode au corps de la femme et au plaisir de l’habiter. 

 

 

Projet en collaboration avec Bodysgang.

Merci à Morgane Pierquin pour la mise en beauté.

Merci à Valérie, Marie, Caroline, Aude, Zoé, Cha, Caroline, Léa, Marie, Julie, Perrine, Morgane, Caroline, Sibylle, Fifi, Cynthia et Aby.