· 

Thétis

Quand j'ai commencé la photo, je photographiais mes copines. On me disait souvent : " oui mais toi tu as la de la chance, tes copines elles sont toutes belles ". Je devais comprendre que mes photos étaient pas mal grâce à elles, mais j'aime plutôt croire que j'arrivais à capter leur beauté :)

 

Avec le temps, je shootais tellement que je ne prenais plus mon appareil lors de nos petites virées entre nanas, je faisais des photos uniquement en commande et quand c'était prévu... Depuis quelque temps je retrouve le plaisir de prendre mon appareil avec moi spontanément et de me laisse guider par le moment, l'instant, les personnes que j'ai autour de moi... Juste comme ça !

 

Thétis

 

Cet été, nous étions à la mer avec les copines, j'avais une robe que je voulais shooter avec moi et une de mes beautés à portée de click... J'aime trop les photographier. Elles me font confiance, je le sens. Parfois elle s'aime et parfois elle ne s'aime pas. C'est pour cette dernière raison que je prends conscience de la pression que s’infligent les filles sur leur image, leur corps. Et c'est en faisant des photos de vous les filles de la vraie vie que je veux vous aider à vous réapproprier votre image et celle que vous êtes à travers elle...

 

Sabine vient d'obtenir son diplôme, elle traductrice et complètement fan de mythologie grecque, oui je sais ce n’est pas banale ! Après avoir fait ces images, elle m'a raconté l'histoire de Thétis. La voici à travers ces mots... 

 

Debout, face à la mer, Thétis aux pieds d’argent observe au loin ce monde qui est le sien. L’écume s’enroule autour de ses chevilles comme une invitation à retourner dans son univers sombre et froid. L’embrun lui balaye le visage, le vent s’engouffre dans sa longue chevelure. Elle sait qu’il est temps pour elle de partir. Depuis des années les Troyens et les Achéens empourprent la mer de Thrace de leur sang. La néréide jette un dernier regard sur la plaine de Troie qui a vu tomber il y a peu le plus valeureux des guerriers, son fils, Achille aux pieds légers. Malgré la souffrance, elle peut s’en aller le cœur triste mais léger, il a reçu les honneurs dignes d’un héros. Son enfant a fait le choix de vivre une vie courte mais glorieuse plutôt qu’une longue vie anonyme. La nymphe des mers se souvient du jour où, le tenant par le talon, elle plongea son fils dans le Styx dans l’espoir de le rendre invulnérable. Elle n’a pas réussi à rendre son enfant immortel mais son nom est devenu intemporel.

  

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    Alexandra L. (lundi, 18 septembre 2017 22:15)

    Tes photos sont incroyables Barbara ! Je suis fascinée !

  • #2

    Bambiche (lundi, 18 septembre 2017 23:59)

    Magnifiques tes photos sont magnifiques!! Je ne sais que dire...presque envieuse de ne pas y être. Bravo

  • #3

    Géraldine Delfosse (mardi, 19 septembre 2017 15:39)

    Sauvagerie, rondeurs, féminité... capturées...Sans être mises en captivité.
    Bravo et merci Barbara.